Le Rocher aux Merles : charpente pour maison ancienne

Reconstruction d’une charpente ancienne

Le toit n’était plus qu’une passoire, la charpente, fatiguée par les années de ce mauvais traitement,s’arc-boutait encore,mais ne tiendrait plus longtemps. Déjà les pannes cédaient par endroit, entraînant chevrons, voliges et ardoises, s’écraser sur les poutres de l’étage, qui cédaient à leur tour.

Ce tableau découragerait plus d’un candidat aux joies de la maison ancienne, mais, une petite famille de jeunes gens s’est vue vivre bien là, au sein de la belle.
Alors ils se sont attelés à la tâche, avec ardeur, enthousiasme, intelligence et quelques moyens.
Ils n’ont pas économisé leur peine, en faisant beaucoup par eux mêmes.
J’ai eu le plaisir de faire ce beau chantier.

Un cas d’école

Ce fut un beau chantier aussi parce qu’il m’a sollicité sur toute l’enfance de mon art, malgré l’apparente simplicité de cette longère. Les amis du trait de charpente comprendront, je m’excuse auprès des non-initiés (que j’invite à s’inscrire dés aujourd’hui au prochain stage de charpente que j’animerai et dont l’intitulé est justement «initiation au trait de charpente pour les béotiens confirmés,cycle 1-2-3 »)

Amis du trait, c’est parti….longère de 22 mètres, en queue de billard 7,5m à un bout ,6,0m à l’autre …facile.
Division tripartite, un pignon biais, un refend biais, un pignon biais devenu refend, et un pignon régulier ou presque, on a bien trois parties; on supprime un refend biais qui sera remplacé par une ferme …vous suivez.
Les deux tiers de la maison, en plan, sont biais OK. Tout l’empoutrement et les fermes d’origines sont biais plus deux fermes presque régulières dans l’extrémité, presque régulières après le refend biais.
Est-ce clair pour tout le monde ?

Je continue, les esprits affûtés que vous êtes (ben ouais hein !! sinon vous ne seriez pas charpentiers)
On déjà bien compris qu’avec tout ça on allait se taper un petit jus et un faîtage de pente ! Ou un mik (spécialité bretonne, à base de tasse à café et d’un peu de goutte) et des sablières de pentes !
Eh ben double bingo, on a eu droit au jus, au mik, au faîtage de pente et aux sablières de pentes !!

Pas mal hein ! Eh ben c’est pas fini ! Si y en a qui décroche ils peuvent finir le jus ,mais pas le mik, on revient tout à l’heure. Alors pour parfaire l’ensemble , les murs gouttereaux en queue de billard,
Leurs arases sont à des hauteurs différentes, à leurs points hauts et bas !! Pas mal hein !
Et là vous vous demandez pourquoi tant de torditude ?

Eh bien je vous délivrerai la réponse lors du prochain stage que j’animerai, pour la sortie de mon dernier livre «Jean-Paul le résolu et le mystère du rocher au merle » aux éditions « tu cherches,tu trouves » séances de dédicaces autour d’un mik tous les soirs après le souper.

Une histoire de cheminées

Bon, c’est parce que vous avez eu le courage de tout lire ,que je vous mets sur la voie .

Hypothèses :

  • 1) la maison est biaise car elle est bâtie sur la roche ,et qu’à l’époque de son édification, le sachant qui l’a implanté a tenu compte des lignes de failles, des sources, des flux visibles et invisibles afin que cette maison soit bonne pour ses occupants et son environnement .
  • 2) la maison est biaise parce qu’elle est bâtie sur les limites de la propriété et que le parcellaire est irrégulier

Peut-être s’agit-il d’un peu des deux ?

Mais moi mon petit doigt me dit qu’il s’agit plutôt de la première hypothèse parce qu’il y a deux cheminées dans la partie biaise; une dans chaque pignon (même si l’un des pignons est aujourd’hui un mur de refend) or une cheminée dans l’habitât traditionnel doit avoir sous l’un de ces piédroits une veine d’eau à passer (les spécialistes du sujet peuvent me signaler toute erreur ou imprécision, je rectifierai, merci d’avance) associée aux autres réseaux telluriques; le problème se corse s’il y a deux cheminées à associer à ces mêmes réseaux,qui sont souvent de plans assez réguliers mais ne vont pas forcément dans les mêmes directions,ce qui peut générer des plans très irréguliers comme ici ,au rocher au merle. J’espère que mon explication n’est pas trop embrouillée, je suis plus à l’aise avec le trait .

L’enfance de l’Art de la charpente

Le génie et le talent des hommes qui ont construit cette maison, c’est d’avoir su rendre invisible ses irrégularités géométriques à l’extérieur et presque imperceptibles à l’intérieur, au prix de complications de charpentage assez importantes.
Six fermes toutes différentes, six corrections d’épure,dégauchissement des jambes de force, les poinçons sur cales à dévers pour le piquage des faîtages et des liens de contreventement dont les arasements sont à deux biais dans les poinçons, entailles délardées sur les arbalétriers au passage des pannes, tracer les herses pour définir la coupe biaise des échantignoles …etc. Toute l’enfance de l’art de la charpente.

Merci aux anciens, vous m’avez guidé tout au long de ce chantier, j’ai aimé votre compagnie et j’espère, par le travail accompli, honorer votre mémoire .