Irodouer (35) : restauration de charpente 16ème

La ferme du Guihil

L’ancienne ferme du Guihil est une longère d’à peu près 35 mètres de long, présentant au fil de sa longueur toutes les époques de construction et de transformation. Elle est située à Irodouer, en Ille et Vilaine (35), en région Bretagne.

Une longère remaniée à travers les siècles

La partie la plus ancienne  est tout en pierres avec de belles portes cintrées. Il semble qu’elle date du 16è siècle.
Une première extension ou reconstruction en bauge (technique de construction terre très répandue en Bretagne) lui succède, suivie d’un autre prolongement du 19ème en bauge également. Cet allongement de la bâtisse est accompagné de changements de pentes sur les nouvelles toitures.
Vient enfin une dernière campagne d’allongement en bauge au début du 20ème, accompagnée d’un ordonnancement des ouvertures en façade, inconnu jusqu’alors.

Les travaux sur la charpente

La charpente des combles en chêne nécessitait une révision complète. La ferme de raccord portant quatre versants de toiture de pentes différentes fut refaite à neuf. Deux arbalétriers furent remplacés, ainsi que des poutres entraits, des jambes de force et des pannes.
L’ensemble fut redressé car il y avait des affaissements très prononcés.
Les entablements de sablière en chêne également furent remplacés, ainsi que 40 % des corbelets dont l’extrémité est chantournée.
La seule ferme à poinçon long avait son entrait tellement fléchi que le tenon de poinçon, pourtant très long (15 cm), était désengagé de l’entrait. Ce dernier fut remonté durant plusieurs semaines puis suspendu à son poinçon par un étrier en fer forgé.

Les trois jolies lucarnes du début 20ème furent reconstruites à l’identique.

Les carrées doubles de portes et de fenêtres furent restaurées ou refaites à neuf suivant leur état. Il y en avait une trentaine.

Quelques poutres de plancher furent également remplacées.

Ce fut un beau chantier de restauration de charpente très complet d’un point de vue professionnel et une belle réussite dans la sauvegarde du bâti traditionnel en bauge et la mise en œuvre des savoirs-faire qui y sont liés.